Né à SAINT-JEANVRIN dans le Cher en 1909, -où il a également fêté ses 90 ans-, il débuta sa carrière musicale à Châteaumeillant dès l'âge de 8 ans et apprit à jouer de la vielle au sein du groupe "LES GAS DU BERRY" à onze ans. Vers la fin des années 20, il participa à la création des Maîtres Sonneurs Bourbonnais. Après la guerre 40, il anima à Montluçon le groupe folklorique de la SACEM, puis créa "LES TROUBADOURS MONTLUCONNAIS" qu'il fit connaître partout en France et en Europe.
Vielliste mais aussi multi-instrumentiste, Rivière fut le passeur principal entre les virtuoses du début du siècle qui furent ses maîtres (Malochet, Guillemain) et les viellistes de la nouvelle génération. Doté d'un jeu de vielle d'une finesse exceptionelle, jouant des valses sur une corde mélodique, Rivière eut beaucoup d'influence sur l'évolution de la vielle à roue. Membre de la Société des Gars du Berry dès les années 30, il enregistrea de nombreux disques et tiendra à la radio des chroniques quotidiennes.
Il composa, entre autres, La bourrée à Nenette Valse à Emilie Ingratitude Indiscrétion et enregistra 2 CD : en 1997 A ma vielle, 87 ans d'âge et La vielle à roue de Gaston Rivière en 1998.
Cordonnier de jour et musicien la nuit -vieille, violon, accordéon, clarinette-, il a créé un atelier pour réparer et même fabriquer des vieilles. Dès 1959, il constitua une collection magnifique de vielles, aujourd'hui exposées au Musée des musiques populaires de Montluçon.
Auteur d'une méthode de vielle avec Emile Pauly (Méthode de vielle, 1950), on doit à Gaston Rivière un certain renouveau de la vielle à roue qu'il mettra sur les chemins de la création et de l'enseignement. [Chevalier de la Légion d'honneur, Chevalier du Mérite national, Officier des Palmes académiques, Officier des Arts et des Lettres]
Gaston Rivière qui fut professeur de vielles et forma des centaines d’élèves, reste une référence, il fut le lien entre le passé et la nouvelle génération et se définissait lui-même comme un vielleux moderne. Il apporta à la vielle sa qualité d'expression et l'a rendu populaire ... mieux il l'a anoblit"


Jean Jacques Couppat - Article paru dans l'écho de Fédération
Gaston Riviere